Je veux te rendre heureuse

24 Déc 2012 par

Je veux te rendre heureuse

« Je veux te rendre heureuse », ainsi parlais-je, il y a dix ans sur la rivière des Perles lorsque je la rencontrais pour la première fois. Cette splendide conquête qui devient entre-temps mon épouse, me répondit « je veux le bonheur ».

Nous étions tous deux dans le désir. A peine entendit-elle de mon baryton « Je veux te rendre heureuse », qu’elle interposa « je veux le bonheur ».

Je voulais sincèrement la rendre heureuse pour qu’elle y trouve son bonheur. Cependant, je pris un malin plaisir à prolonger ces préliminaires, non dénuées d’intérêt. Oui, je voulais la rendre heureuse et elle voulait le bonheur.

Je lui fis alors un cours de Divin Bouddha lorsqu’un homme simple vint le voir et comme c’était son anniversaire, Bouddha demanda à cet humble personnage ce qu’il voulait : celui-ci à l’instar ma future femme d’alors lui répondit : « je veux le bonheur ». Bouddha lui dit ceci : « enlève le « je », c’est de l’égo ; enlève le « veux », c’est du désir ; que reste-t-il à présent ? Le pèlerin émerveillé répondit ébahi : « Bonheur ».

C’est à cette rhétorique entre « je veux te rendre heureuse » et « je veux le bonheur » que nous nous amusâmes en flânant jusqu’au temple ancestral de la Famille Chen, décidément Guandzhou était une bien jolie métropole à quelques encablures d’Hong Kong.

Nous étions, ma femme actuelle et moi dans le désir l’un de l’autre ainsi que dans l’harmonie épurée de ce mot grandiose de sagesse « Bonheur » ; le désir d’un « je te veux allié au jade philosophale symbolisant l’accomplissement de l’Etre, « Bonheur ».

Si je voulais la rendre heureuse c’est parce qu’elle voulait le bonheur et si elle voulait le bonheur, je ferais tout pour la rendre heureuse. Tout ce qui est haut est comme ce qui en bas : le yin et le yang fusionnent pour tourner ensemble la roue du Dharma : nos pas simultanément dans le bonheur : yin et dans le désir : yang.

Arrivés à la Colline du Lotus, nous nous ouvrîmes l’un à l’autre de ce cheminement dextorsum : elle voulait ardemment le bonheur, ce pourquoi je devais accomplir mon serment de la rendre heureuse.

J’ignore à ce jour, si j’ai joui de ma volonté de la rendre heureuse mais elle est encore, une décade plus tard à mes côtés, à vouloir le bonheur.

Nous arrivons ici à la fin de cette histoire sans fin, je vous laisserai donc le soin de vous inscrire gratuitement et laisser votre commentaire dans le formulaire ci-dessous si vous aussi, voulez rendre heureuse une personne chère à votre cœur qui veut le bonheur.

Bien amicalement

Fabrice Béguin
Conseiller en relations humaines

www.affinites-rencontres.com

 

(Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Merci de partager cet article sur Facebook, en cliquant sur le bouton J’AIME)

 

Lectures complémentaires:

  • Aucun article similaire

Articles similaires

Tags

Partager

Laissez votre avis sur cet article